Fiche de mathématiques
> >

Bac Scientifique
Métropole - La Réunion - Session Septembre 2008

Partager :
Pour les candidats n'ayant pas suivi l'enseignement de spécialité :
Durée de l'épreuve : 4 heures - Coefficient 7
Pour les candidats ayant suivi l'enseignement de spécialité :
Durée de l'épreuve : 4 heures - Coefficient 9


Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la réglementation en vigueur.
Le sujet est composé de 5 exercices indépendants.
Le candidat doit traiter tous les exercices.
Dans chaque exercice, le candidat peut admettre un résultat précédemment donné dans le texte pour aborder les questions suivantes, à condition de l'indiquer clairement sur la copie.
Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse, qu'il aura développée.
Il est rappelé que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour une part importante dans l'appréciation des copies.
4 points

exercice 1 - Commun à tous les candidats

Dans une kermesse un organisateur de jeux dispose de 2 roues de 20 cases chacune.
La roue A comporte 18 cases noires et 2 cases rouges.
La roue B comporte 16 cases noires et 4 cases rouges.
Lors du lancer d'une roue toutes les cases ont la même probabilité d'être obtenues.
La règle du jeu est la suivante :
    Le joueur mise 1 € et lance la roue A.
    S'il obtient une case rouge, alors il lance la roue B, note la couleur de la case obtenue et la partie s'arrête.
    S'il obtient une case noire, alors il relance la roue A, note la couleur de la case obtenue et la partie s'arrête.

1. Traduire l'énoncé à l'aide d'un arbre pondéré.

2. Soient E et F les évènements :
    E : « à l'issue de la partie, les 2 cases obtenues sont rouges »
    F : « à l'issue de la partie, une seule des deux cases est rouge ».
Montrer que p(\text{E}) =  0,02 et p(\text{F}) =  0,17.

3. Si les 2 cases obtenues sont rouges le joueur reçoit 10€ si une seule des cases est rouge le joueur reçoit 2€ sinon il ne reçoit rien.
X désigne la variable aléatoire égale au gain algébrique en euros du joueur (rappel le joueur mise 1€).
    a) Déterminer la loi de probabilité de X.
    b) Calculer l'espérance mathématique de X et en donner une interprétation.

4. Le joueur décide de jouer n parties consécutives et indépendantes (n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 2)
    a) Démontrer que la probabilité p_{n} qu'il lance au moins une fois la roue B est telle que p_{n} =  1 - (0,9)^n.
    b) Justifier que la suite de terme général p_{n} est convergente et préciser sa limite.
    c) Quelle est la plus petite valeur de l'entier n pour laquelle p_{n} > 0,9 ?


3 points

exercice 2 - Commun à tous les candidats

On se propose de déterminer toutes les fonctions f définies et dérivables sur l'intervalle ]0~ ;~ +\infty[ vérifiant l'équation différentielle (E)~~: \qquad  xf'(x)- (2x + 1)f(x) = 8x^2.

1. a) Démontrer que si f est solution de (E) alors la fonction g définie sur l'intervalle ]0~ ;~ +\infty[ par g(x) = \dfrac{f(x)}{x} est solution de l'équation différentielle (E')~~: \quad y' = 2y+8.
    b) Démontrer que si h est solution de (E') alors la fonction f définie par f(x) =  x h(x) est solution de (E).

2. Résoudre (E') et en déduire toutes les solutions de (E),

3. Existe-t-il une fonction f solution de l'équation différentielle (E) dont la représentation graphique dans un repère donné passe par le point \text{A} (\ln 2~;~ 0) ? Si oui la préciser.


4 points

exercice 3 - Commun à tous les candidats

Cet exercice est un questionnaire à choix multiple (QCM).
Pour chaque question, une seule des propositions est exacte. Le candidat portera sur la copie, sans justification, la lettre correspondant à la réponse choisie. Il sera attribué un point si la réponse est exacte, zéro sinon.

Dans le plan orienté, ABCD est un carré direct \left(\left(\overrightarrow{\text{AB}},~\overrightarrow{\text{AD}}\right) = \dfrac{\pi}{2}\right). On note I son centre et J le milieu de [AI].

1. C est le barycentre des points pondérés (A, m), (B, 1) et (D, 1) lorsque :
a) m = -2b) m = 2c) m = -1d) m = 3

2. a) B est l'image de C par la rotation de centre I et d'angle \dfrac{\pi}{2}.
    b) Le rapport de l'homothétie de centre C qui transforme I en J est \dfrac{2}{3}.
    c) Le triangle DAB est invariant par la symétrie de centre I.
    d) J est l'image de I par la translation de vecteur \dfrac{1}{2}\overrightarrow{\text{BA}} + \dfrac{1}{4}\overrightarrow{\text{DB}}.

3. L'ensemble des points M du plan tels que \|\overrightarrow{M\text{A}} + \overrightarrow{M\text{C}}\| = \text{AB} est :
    a) la médiatrice de [AC].
    b) le cercle circonscrit au carré ABCD.
    c) la médiatrice de [AI].
    d) le cercle inscrit dans le carré ABCD.

4. L'ensemble des points M du plan tels que \left(2\overrightarrow{M\text{A}} + \overrightarrow{M\text{B}} + \overrightarrow{M\text{D}}\right) \cdot \left(\overrightarrow{M\text{A}}- \overrightarrow{M\text{C}}\right) = 0 est :
    a) la médiatrice de [AC].
    b) le cercle circonscrit au carré ABCD.
    c) la médiatrice de [AI].
    d) le cercle inscrit dans le carré ABCD.


4 points

exercice 4 - Commun à tous les candidats

On considère la suite numérique \left(J_{n}\right) définie, pour tout entier naturel n non nul, par  J_{n}  = \displaystyle \int_{1}^n  \text{e}^{-t}\sqrt{1 + t}\:\text{d}t.

1. Démontrer que la suite \left(J_{n}\right) est croissante.

2. Dans cette question, le candidat est invité à porter sur sa copie les étapes de sa démarche même si elle n'aboutit pas.
On définit la suite \left(I_{n}\right), pour tout entier naturel n non nul, par  I_{n} =  \displaystyle \int_{1}^n (t + 1)\text{e}^{-t}\:\text{d}t.
    a) Justifier que, pour tout t \geqslant  1, on a \sqrt{t + 1} \leqslant  t + 1.
    b) En déduire que J_{n}  \leqslant I_{n}.
    c) Calculer I_{n} en fonction de n. En déduire que la suite \left(J_{n}\right) est majorée par un nombre réel (indépendant de n).
    d) Que peut-on en conclure pour la suite \left(J_{n}\right) ?


5 points

exercice 5 - Candidats n'ayant pas suivi l'enseignement de spécialité

Le plan complexe est rapporté au repère orthonormal direct (O ; \vec{u},\vec{v}).
On réalisera une figure en prenant 2 cm comme unité graphique sur chaque axe.
On considère les points A, B et I d'affixes respectives z_{\text{A}} = 1,~z_{\text{B}} = 5 et z_{\text{I}} =  3 + \text{i}.
On note (\mathcal{C}) le cercle de centre O et de rayon 1, (\Delta) la médiatrice de [AB] et (T) la tangente au cercle (\mathcal{C}) en A.
À tout point M d'affixe z, différent de A, on associe le point M' d'affixe z' telle que : z' = \dfrac{z - 5}{z - 1}. Le point M' est appelé l'image de M.

Partie A

1. Déterminer sous forme algébrique l'affixe du point I' image de I.
Vérifier que I' appartient à (\mathcal{C}).
2. a) Justifier que pour tout point M distinct de A et B, on a : OM' = \dfrac{M\text{B}}{M\text{A}}.
    b) Justifier que pour tout point M distinct de A et B, on a : \left(\overrightarrow{\text{OA}},~\vect{\overrightarrow{\text{O}M'}\right) = \left(\overrightarrow{M\text{A}},~\overrightarrow{M\text{B}}\right).

Partie B

Dans cette partie, toute trace de recherche, même incomplète, sera prise en compte dans l'évaluation.
Dans la suite de l'exercice, M désigne un point quelconque de (\Delta). On cherche à construire géométriquement son image M'.

1. Démontrer que M' appartient à (\mathcal{C}).

2. On note (d) la droite symétrique de la droite (AM) par rapport à la tangente (T). (d) recoupe (\mathcal{C}) en N.
    a) Justifier que les triangles AMB et AON sont isocèles.
Après avoir justifié que \left(\overrightarrow{\text{AO}},~\overrightarrow{\text{A}N}\right) = \left(\overrightarrow{\text{A}M},~\overrightarrow{\text{AB}}\right), démontrer que \left(\overrightarrow{\text{OA}},~\overrightarrow{\text{O}N}\right) = \left(\overrightarrow{M\text{A}},~\overrightarrow{M\text{B}}\right).
    b) En déduire une construction de M'.


5 points

exercice 5 - Candidats ayant suivi l'enseignement de spécialité

Le plan complexe est rapporté au repère orthonormal direct (O ; \vec{u} , \vec{v}).
On réalisera une figure en prenant 4 cm comme unité graphique sur chaque axe.
On considère le point A d'affixe z_{\text{A}} =  1.

Partie A

k est un réel strictement positif ; f est la similitude directe de centre O de rapport k et d'angle \dfrac{\pi}{3}.
On note A0 = A et pour tout entier naturel n,~ \text{A}_{n+1} = f\left(\text{A}_{n}\right).

1. a) Étant donné un point M d'affixe z, déterminer en fonction de z l'affixe z' du point M' image de M par f.
    b) Construire les points A0, A1, A2 et A3 dans le cas particulier où k est égal à \dfrac{1}{2}.

2. a) Démontrer par récurrence que pour tout entier n, l'affixe z_{n} du point \text{A}_{n} est égale à k^n \text{e}^{\frac{\text{i}n\pi}{3}}.
    b) En déduire les valeurs de n pour lesquelles le point \text{A}_{n} appartient à la demi droite \left[\text{O}~;~ \vec{u}\right) et, dans ce cas, déterminer en fonction de k et de n l'abscisse de A_{n}.

Partie B

Dans cette partie toute trace de recherche, même incomplète, sera prise en compte dans l'évaluation.
Désormais, k désigne un entier naturel non nul.

1. Donner la décomposition en facteurs premiers de 2008.

2. Déterminer, en expliquant la méthode choisie, la plus petite valeur de l'entier naturel k pour laquelle k^6 est un multiple de 2008.

3. Pour quelles valeurs des entiers n et k le point A_{n} appartient-il à la demi-droite \left[\text{O}~;~ \vec{u}\right) avec pour abscisse un nombre entier multiple de 2008 ?








exercice 1 - Commun à tous les candidats

1. Arbre pondéré :
sujet du bac scientifique, obligatoire et spécialité, Métropole, La Réunion Septembre 2008 - terminale : image 2


2. D'après l'arbre de la question 1., on a :
p(\text{E}) = p(\text{RR}) = \dfrac{1}{10} \times \dfrac{1}{5} = \dfrac{1}{50} = 0,02 \\ p(\text{F}) = p((\text{RN}) \cup (\text{NR})) = p(\text{RN}) + p(\text{NR}) = \dfrac{1}{10} \times \dfrac{4}{5} + \dfrac{9}{10} \times \dfrac{1}{10} = \dfrac{4}{50} + \dfrac{9}{100} = \dfrac{17}{100} = 0,17

3. a) Si les 2 cases sont rouges, le joueur reçoit 10 € alors qu'il avait misé 1 €, il gagne donc 9 € : X = 9.
donc p(X = 9) = p(\text{E}) = 0,02
Si une seule case est rouge, le joueur reçoit 2 € alors qu'il avait misé 1 €, il gagne donc 1 € : X = 1.
Donc p(X=1) = p(\text{F}) = 0,17
Sinon (si les 2 cases sont noires), le joueur ne reçoit rien alors qu'il avait misé 1 €, il perd donc 1 € : X = -1.
donc p(X = -1) = p(\text{NN}) = 1 - p(\text{E}) - p(\text{F}) = 1 - 0,02 - 0,17 = 0,81

D'où la loi de probabilité de X :
x_i -1 1 9
p(X = x_i) 0,81 0,17 0,02


3. b) En application de la formule de l'espérance mathématique :
E(X) = \displaystyle \sum  x_i\times p(X=x_i)=0,81\times(-1)+0,17\times1+0,02\times9=-0,81+0,17+0,18=-0,46
Interpréation : en moyenne, le joueur perd 0,46 € à chaque tour. Quelle arnaque ! (mais il faut bien que l'organisateur du jeu gagne sa vie)

4. a) L'évènement contraire à l'évènement recherché est :
\bar{p_n}: il ne lance jamais la roue B = il lance toujours la roue A = il lance 2 fois la roue A à chaque tour.
Or à un tour donné, il lance 2 fois la roue A s'il obtient une case noire au premier lancé, ce qui correspond à une probabilité de 0,9.
Les tours étant indépendants les uns des autres, on a donc : \bar{p_n}=0,9^n
D'où p_n=1-\bar{p_n}=1-0,9^n

4. b) \displaystyle \lim_{n\to+\infty}0,9^n=0 donc \displaystyle \lim_{n\to+\infty}p_n=1
La suite (p_n) est donc convergente et sa limite vaut 1.

4. c) p_n>0,9 \Longleftrightarrow 1-0,9^n>0,9 \Longleftrightarrow  0,1 > 0,9^n \Longleftrightarrow \ln(0,1)>n\times\ln(0,9)\Longleftrightarrow  n>\dfrac{\ln(0,1)}{\ln(0,9)}
Or \dfrac{\ln(0,1)}{\ln(0,9)}\approx 21,85
Le plus petit n tel que p_n>0,9 est donc n=22.



exercice 2 - Commun à tous les candidats

1. a) Si f est solution de (E) alors f est dérivable sur ]0,+\infty[.
g(x) = \dfrac{f(x)}{x} donc g est dérivable sur ]0,+\infty[ et sa dérivée vaut : g'(x) = \dfrac{x\times f'(x)-f(x)}{x^2}
Donc g'(x)=\dfrac{8x^2+(2x+1)f(x)-f(x)}{x^2}=8+2\dfrac{f(x)}{x}=2g(x)+8
Donc g est solution de l'équation (E'): y'=2y+8

1. b) Si h est solution de (E') alors h est dérivable sur ]0,+\infty[.
f(x)=x.h(x) donc f est dérivable sur ]0,+\infty[ et sa dérivée vaut : f'(x)=h(x)+x\times h'(x)
donc f'(x)=h(x)+x\times(2h(x)+8)=(2x+1)h(x)+8x
xf'(x)-x(2x+1)h(x)=8x^2
xf'(x)-(2x+1)f(x)=8x^2
Donc f est solution de (E).

2. Les solutions de l'équation (E') sont les fonctions de la forme : g(x)=Ce^{2x}-4 où C est une constante réelle.
On déduit de la question 1. que f est solution de (E) \Longleftrightarrow g est solution de (E')
où la fonction g est définie par g(x)=\dfrac{f(x)}{x}
Les solutions de (E) sont donc les fonctions de la forme f(x)=x(Ce^{2x}-4) où C est une constante réelle.

3. On cherche une fonction de la forme f(x)=x(Ce^{2x}-4) et telle que f(\ln2)=0
f(\ln2)=0 \Longleftrightarrow \ln2\times(Ce^{2\ln2}-4)=0 \Longleftrightarrow 4C-4=0 \Longleftrightarrow C=1
La fonction f(x)=x(e^{2x}-4) est la solution de (E) qui passe par le point A.




exercice 3 - Commun à tous les candidats

1. Réponse c)
I est milieu de [AC] donc 2\overrightarrow{CI}-\overrightarrow{CA}=\vec{0} donc C est barycentre de {(A,-1)(I,2)}
Or I est milieu de [BD] donc I barycentre de {(B,1)(D,1)}
D'après les propriétés des barycentres partiels : C barycentre de {(A,-1),(B,1)(D,1)}

2. Réponse d)
Une simple construction géométrique permet de nous en convaincre.

3. Réponse d)
||\overrightarrow{MA}+\overrightarrow{MB}||=AB \Longleftrightarrow ||2\overrightarrow{MI}||=AB \Longleftrightarrow{MI} = \dfrac{AB}{2}
Cela correspond au cercle de centre I et de rayon \dfrac{AB}{2}. C'est le cercle inscrit dans le carré ABCD.

4. Réponse c)
J est le milieu de [AI] donc le barycentre de {(A,2)(I,2)}
Or I est le milieu de [BD] donc le barycentre de {(B,1)(D,1)}
Donc J est le barycentre de {(A,2)(B,1)(D,1)} et 2\overrightarrow{MA}+\overrightarrow{MB}+\overrightarrow{MD}=4\overrightarrow{MJ}
Donc (2\overrightarrow{MA}+\overrightarrow{MB}+\overrightarrow{MD}) \cdot (\overrightarrow{MA}-\overrightarrow{MC})=0 \Longleftrightarrow 4\overrightarrow{MJ} \cdot \overrightarrow{CA}=0 \Longleftrightarrow \overrightarrow{MJ} \cdot \overrightarrow{CA}=0
Cela correspond à la droite perpendiculaire à (AC) passant par J. C'est la médiatrice de [AI].




exercice 4 - Commun à tous les candidats

1. Soit n un entier naturel non nul.
J_{n+1} = \displaystyle \int_{1}^{n+1}e^{-t}\sqrt{1+t}dt = \displaystyle \int_{1}^{n}e^{-t}\sqrt{1+t}dt+ \displaystyle \int_{n}^{n+1}e^{-t}\sqrt{1+t}dt=J_n + \displaystyle\int_{n}^{n+1}e^{-t}\sqrt{1+t}dt
Or la fonction f définie par f(x)=e^{-x}\sqrt{1+t} est strictement positive sur R+ donc en particulier sur l'intervalle [n,n+1]
Donc, d'après les propriétés de l'intégrale d'une fonction positive : \displaystyle \int_{n}^{n+1}e^{-t}\sqrt{1+t}dt> 0
Donc J_{n+1} = J_n + \displaystyle \int_{n}^{n+1}e^{-t}\sqrt{1+t}dt>J_n
(J_n) est croissante

2. a) Pour tout x\ge 1, on a : x^2\ge x
en particulier, on a, pour t\ge1 : 1+t\ge 2 et \sqrt{1+t}\ge\sqrt2\ge1
on peut donc poser x=\sqrt{1+t} et on obtient 1+t\ge \sqrt{1+t}

2. b) Pour t\ge 1, on a : \sqrt{1+t}\le(1+t)
Or e^{-t}\ge 0 donc e^{-t}\sqrt{1+t}\le e^{-t}(1+t)
Donc, d'après les propriétés sur les intégrales : \displaystyle \int_1^n e^{-t}\sqrt{1+t}dt\le \displaystyle \int_1^n e^{-t}(1+t)dt
J_n\le I_n

2. c) Intégration par partie en posant u(t)=t+1 et v'(t)=e^{-t}
alors u'(t)=1 et on choisit v(t)=-e^{-t}
I_n= \displaystyle \int_1^n u(t)v'(t)dt=[u(t)v(t)]_1^n- \displaystyle \int_1^n u'(t)v(t)dt=[-(t+1)e^{-t}]_1^n- \displaystyle \int_1^n -e^{-t}dt
I_n=-(n+1)e^{-n}+e^{-1}-[e^{-t}]_1^n=-(n+1)e^{-n}+2e^{-1}-e^{-n}+e^{-1}=-(n+2)e^{-n}+3e^{-1}

Or J_n\le I_n donc J_n\le -(n+2)e^{-n}+3e^{-1}\le 3e^{-1}
Donc la suite (J_n) est majorée par le nombre réel 3e^{-1}.

2. d) La suite (J_n) est croissante et majorée, elle est donc convergente.




exercice 5 - Candidats n'ayant pas suivi l'enseignement de spécialité

Partie A

1. L'image I' du point I a pour affixe :
z_{I'}=\dfrac{z_I-5}{z_I-1}=\dfrac{3+i-5}{3+i-1}=\dfrac{-2+i}{2+i}=\dfrac{(-2+i)(2-i)}{5}=\dfrac{-4+2i+2i+1}{5}=-\dfrac{3}{5}+\dfrac{4}{5}i
|z_{I'}|=|\sqrt{(-\dfrac{3}{5})^2+(\dfrac{4}{5})^2}|=|\sqrt{\dfrac{9+16}{25}|=1
Donc I'\in (C)

2. a) Pour tout point M du plan distinct de A, on a : z' = \dfrac{z-5}{z-1}=\dfrac{z-z_B}{z-z_A}
Donc ||z'||=||\dfrac{z-z_B}{z-z_A}||=\dfrac{||z-z_B||}{||z-z_A||}
Autrement dit : OM'=\dfrac{MB}{MA}

2. b) Pour tout point M du plan distinct de A, on a : z'=\dfrac{z-5}{z-1}=\dfrac{z-z_B}{z-z_A}
donc \arg(z')=\arg(\dfrac{z-z_B}{z-z_A})=\arg(z-z_B)-\arg(z-z_A)=\arg(z_{\vec{BM}})-\arg(z_{\vec{AM}})
donc (\overrightarrow{OA},\overrightarrow{OM'})=(\overrightarrow{OA},\overrightarrow{BM})-(\overrightarrow{OA},\overrightarrow{AM})=(\overrightarrow{OA},\overrightarrow{BM})+(\overrightarrow{AM},\overrightarrow{OA})=(\overrightarrow{AM},\overrightarrow{BM})=(\overrightarrow{MA},\overrightarrow{MB})

Partie B

1. On a montré précédemment que OM'=\dfrac{MB}{MA}
Or M appartient à la droite \Delta, médiatrice de [AB], donc MA = MB, donc OM' = 1.
Donc M' appartient au cercle de centre O et de rayon 1 : c'est (C)
Donc \boxed{M \in (C')}

2. a) M appartient à \Delta, donc MA = MB, donc AMB est isocèle en M.
OA = 1 et N appartient à (C), donc ON = 1, donc OA = ON, donc AON est isocèle en O.

(AN) = (d) est la droite symétrique à (AM) par rapport à (T).
La tangente à (C) en A est perpendiculaire à (OA) = (AB), donc (AB) est sa propre image par symétrie d'axe (T).
On a donc (AN) symétrique de (AM) et (OA) = (AB) symétrique de (OB) = (AB).
Donc les angles orientés (\overrightarrow{AO},\overrightarrow{AN}) et (\overrightarrow{AM},\overrightarrow{AB}) sont symétriques, ils sont donc opposés :
(\overrightarrow{AO},\overrightarrow{AN})=-(\overrightarrow{AB},\overrightarrow{AM})=(\overrightarrow{AM},\overrightarrow{AB})

AON est isocèle en O donc (\overrightarrow{OA},\overrightarrow{ON})=\pi-2(\overrightarrow{AN},\overrightarrow{AO})=\pi+2(\overrightarrow{AO},\overrightarrow{AN})=\pi+2(\overrightarrow{AM},\overrightarrow{AB}) d'après le résultat précédent.
(\overrightarrow{OA},\overrightarrow{ON})=\pi-2(\overrightarrow{AB},\overrightarrow{AM})=(\overrightarrow{MA},\overrightarrow{MB})

2. b) D'après les résultats des question A.2.b) et B.2.a), on a : (\overrightarrow{OA},\overrightarrow{OM'})=(\overrightarrow{OA},\overrightarrow{ON}) or M' et N appartiennent à (C) donc M' = N.
Pour construire M', il suffit donc de tracer la droite symétrique à (AM) par rapport à (T). M' est alors l'intersection de cette droite et (C).




exercice 5 - Candidats ayant suivi l'enseignement de spécialité

Partie A

1. a) Par définition, la similitude directe de centre O, de rapport k et d'angle \dfrac{\pi}{3} se traduit par l'écriture algébrique :
M' = f(M) \Longleftrightarrow z' = ke^{i\frac{\pi}{3}}z \Longleftrightarrow z' = k \left(\dfrac{1}{2}+i\dfrac{\sqrt3}{2} \right)z

1. b)
sujet du bac scientifique, obligatoire et spécialité, Métropole, La Réunion Septembre 2008 - terminale : image 1


2. a) - Pour n = 0, A0 = A d'affixe z_0=1=k^0e^{i0\frac{\pi}{3}}
La propriété est vraie au rang de départ.
- On suppose la propriété vraie au rang n : z_n=k^ne^{in\frac{\pi}{3}}
A_{n+1} est l'image de A_n par la similitude directe f donc, d'après les résultats de la question 1.a):
z_{n+1}=ke^{i\frac{\pi}{3}}z_n=ke^{i\frac{\pi}{3}}k^ne^{in\frac{\pi}{3}}=k^{n+1}e^{i(n+1)\frac{\pi}{3}}
La propriété est vraie au rang n+1. Elle est donc héréditaire.
- Conclusion : la propriété est vraie pour tout entier n : z_n=k^ne^{in\frac{\pi}{3}}

2. b) A_n\in [O;\vec{u}) \Longleftrightarrow z_n\in\mathbb{R}^+ \Longleftrightarrow  n\dfrac{\pi}{3}=2K\pi \Longleftrightarrow n=6KK est un entier naturel.
Les valeurs de n pour lesquelles A_n\in [O;\vec{u}) sont donc les multiples de 6.
Et dans ce cas, z_n=k^n

Partie B

1. 2008=2^3\times251

2. 2008|k^6 donc 2^3\times251|k^6
Donc il existe un entier q tel que k^6=2^3\times251\times q
Donc 2 et 251 sont des diviseurs premiers de k^6 donc de k
Alors, il existe un entier q' naturel non nul tel que k=2\times251\times q'

Réciproquement, on vérifie que tous les entiers k de la forme k=2\times251\times q' avec q' entier naturel non nul sont tels que 2008|k^6. En effet :
k^6=(2\times251\times q')^6=2^6\times251^6\times q'^6=2008\times 2^3\times251^5\times q'^6
Le plus petit correspond alors à q'=1, soit k=2\times251=502

3. D'après la question A.2.b), A_n\in [O;\vec{u}) \leftrightarrow n est un multiple de 6 \Longleftrightarrow il existe un entier naturel K tel que n=6K
Dans ce cas, z_n=k^n=k^{6K}=(k^K)^6
Or on a vu dans la question 2. que (k^K)^6 était un multiple de 2008 si et seulement si il existe Q tel que k^K=2\times251\times Q
Alors 2 et 251 sont des diviseurs premiers de k^K donc de k.
Donc k est un multiple de 2\times251=502
Et réciproquement si k est multiple de 502 on peut vérifier que k^{6K} est bien divisible par 2008 :
k^K=(2\times251\timesQ)^{6K}=2^3\times251\times2^{6K-3}\times251^{6K-1}\times Q^{6K}=2008\times Q'
Conclusion : A_n\in [O;\vec{u}) avec une abscisse multiple de 2008 si et seulement si n est un multiple de 6 et k un multiple de 502
Publié le
ceci n'est qu'un extrait
Pour visualiser la totalité des cours vous devez vous inscrire / connecter (GRATUIT)
Inscription Gratuite se connecter
Merci à
Aurelien_
pour avoir contribué à l'élaboration de cette fiche


Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 1293 fiches de maths

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !