Fiche de mathématiques
> >

Fonctions usuelles

Partager :

I- Rappels


Ce chapitre rappelle brièvement quelques résultats importants pour l'étude des fonctions usuelles.

Consulter le cours "fonctions réelles d'une variable réelle" pour une étude plus détaillée de ces sujets.

1- Dérivée d'une composée

Proposition
Si f et g sont deux fonctions dérivables et g\circ f est bien définie, alors g\circ f est dérivable et (g\circ f)'=(g'\circ f)\times f'

Exemple

Soit h\text{ : } x\mapsto (x^2+3x)^4
h est polynômiale, donc dérivable sur \R, c'est la composée de f\text{ : }x\mapsto x^2+3x \text{ et }g\text{ : } x\mapsto x^4 dérivables sur \R bien entendu.
On a : f'\text{ : }x\mapsto 2x+3 \text{ et }g'\text{ : } x\mapsto 4x^3
Donc : h'\text{ : }x\mapsto g'(f(x))\times f'(x)=\boxed{4(2x+3)(x^2+3x)^3}

2- Application réciproque

Définition
Soit f une fonction définie sur l'intervalle I\subset\R, à valeurs dans l'intervalle J\subset \R
Si, pour tout élément b\in J, il existe un unique élément a\in I\text{ / } f(a)=b , alors on peut définir une fonction f^{-1} telle que b=f^{-1}(a)
f^{-1} s'appelle la fonction réciproque de f. Elle est unique, définie sur J et prend ses valeurs dans I

Remarque

Si f^{-1} est la fonction réciproque de f, alors f est la fonction réciproque de f^{-1}

Proposition : Condition suffisante d'existence
Soit f une fonction de I dans J. Si f est continue et strictement monotone sur I, alors f admet une fonction réciproque f^{-1}


Proposition
Les courbes représentatives de f et f^{-1} dans un repère orthonormal sont symétriques par rapport à la première bissectrice du repère.

En effet, soient x,y\in\R \text { , } M(x,y) \text{ et }M'(y,x) et soient \mathscr{C}_{f} \text{ et }\mathscr{C}_{f^{-1}} respectivement les courbes représentatives de f et f^{-1}.
On a : M\in\mathscr{C}_{f}\iff y=f(x)\iff x=f^{-1}(y)\iff M'\in \mathscr{C}_{f^{-1}}
\mathscr{C}_{f} et \mathscr{C}_{f^{-1}} sont donc symétriques par rapport à la droite d'équation y=x

Propriétés
Continuité
Si f est une fonction continue de I dans J et f^{-1} sa réciproque sur J, alors f^{-1} est continue sur J

Dérivabilité
Si f est dérivable en x_0 et f'(x_0)\neq 0, alors f^{-1} est dérivable en y_0=f(x_0)
Si f'(x_0)=0, la courbe représentative \mathscr{C}_f admet une tangente horizontale en x_0, donc, par symétrie, la courbe \mathscr{C}_{f^{-1}} admet une tangente verticale en y_0=f(x_0) et f^{-1} n'est pas dérivable en y_0

Sens de variation
Si f est monotone, alors f^{-1} a la même sens de variation.

Dérivée
Dans le cas où f'(x_0)\neq 0 , comme : \forall x\in I \text{ : } f^{-1}\circ f(x)=x, on a : \left(f^{-1}\right)'(f(x_0))\times f'(x_0)=1
D'où, en posant y_0=f(x_0) \text{ : }\left(f^{-1}\right)'(y_0)=\dfrac{1}{f'(x_0)}=\dfrac{1}{f'(f^{-1}(y_0))}
Résultat : Si f^{-1} est dérivable sur J, on a : \left(f^{-1}\right)'=\dfrac{1}{f'\circ f^{-1}}


3- Fonctions polynômiales et rationnelles

Les fonctions polynômiales de la forme P\text{ : } x\mapsto \displaystyle \sum_{k=0}^{n} a_k x^k \text{ (} n\in\N\text{) } sont continues et dérivables sur \R.

Les fonctions rationnelles de la forme R\text{ : } x\mapsto \displaystyle\dfrac{P(x)}{Q(x)}P et Q sont des fonctions polynômiales sur \R avec Q non nulle, sont continues et dérivables sur leurs ensembles de définition.

4- Parité, imparité, périodicité

Définiton
Soit I\subset \R, et soit f\text{ : } I\to \R
1. On dit que f est paire si : \forall x \in I \text{ : }-x\in I \text{ et }f(-x) = f(x).
2. On dit que f est impaire si : \forall x \in I \text{ : }-x\in I \text{ et }f(-x) = -f(x).


Remarques:
Il suffit d'étudier une fonction paire ou impaire sur I\cap \R^{+} pour obtenir toutes les informations nécessaires sur cette fonction.
Une fonction n'est pas toujours paire ou impaire. La négation de "paire" n'est pas "impaire".

Exemple:
Sur \R, x \mapsto x^2 est paire, x \mapsto x^3 est impaire et x\mapsto x^2 + x^3 n'est ni paire ni impaire.

Rappel:
Soit I\subset \R, et soit f\text{ : } I\to \R
La droite d'équation x=a\enskip (a\in\R) est un axe de symétrie de la courbe de f si : \forall x\in I \text{ : } 2a-x\in I \text{ et } f(2a-x)=f(x)
Le point M de coordonnées M(a,b)\enskip (a,b\in\R) est un centre de symétrie de la courbe de f si : \forall x\in I \text{ : } a-x\in I \text{ , }a+x\in I \text{ et } f(a-x)+f(a+x)=2b
Proposition
La courbe représentative d'une fonction paire admet l'axe des ordonnées comme axe de symétrie.
La courbe représentative d'une fonction impaire admet l'origine du repère comme centre de symétrie.

Proposition
Soit I\subset \R, et soit f\text{ : } I\to \R dérivable.
1. Si f est paire, alors f' est impaire.
2. Si f est impaire, alors f' est paire.

Définition
Soient I\subset \R, f\text{ : } I\to \R et T > 0. On dit que f est T-périodique si, \forall x\in I\text{ : }x + T \in I \text{ et } f(x + T) = f(x).
Dans ce cas T est appelé UNE période de f.
La fonction f est périodique s'il existe T > 0 tel que f est T-périodique.


Remarque:
Il suffit donc d'étudier une fonction T-périodique sur un intervalle de longueur T, comme \left[-\dfrac{T}{2},\dfrac{T}{2}\right]\text{ ou }[0,T] par exemple.
Proposition
Soient I\subset \R, T > 0 et f\text{ : } I\to \R dérivable et T-périodique.
Alors, f' est T-périodique.

II- Exponentielles, logarithmes, puissances

1- Exponentielle

Définition
Il existe une unique fonction de \R dans \R, appelée exponentielle, notée \exp, dérivable sur \R telle que:
\begin{cases} \exp(0)=1 \\ \forall x\in\R\text{ : }\exp^{'}(x)=\exp (x)\end{cases}

Par défnition, \exp est continue et dérivable sur \R.

On a : \forall x,y\in\R \text{ : } \exp(x+y)=\exp(x)\times \exp(y) \text{ et } \exp(-x)=\dfrac{1}{\exp(x)}

Notation : On pose \text{e}=\text{e}^{1} et on note \text{e}^{x}=\exp(x)

Si r\in\Q , on a en particulier : \forall x\in\R\text{ : }\left(\text{e}^{x}\right)^{r}=\text{e}^{rx}

On a: \forall x\in\R\text{ : } \exp(x) >0 . En particulier, \exp{'}=\exp est strictement positive, donc \exp est strictement croissante sur \R .

Quelques limites usuelles :
On a \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{e}^{x}=+\infty\text{ et }\lim_{x\to+\infty} \dfrac{\text{e}^{x}}{x}=+\infty
La courbe représentative de \exp admet une branche parabolique, de direction asymptotique l'axe des ordonnées en +\infty

De plus, on a: \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{e}^{x}=0
La courbe représentative de \exp admet une asymptote horizontale en -\infty

Généralisation : \begin{cases} \forall n\in\N \text{ : }\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{\text{e}^{x}}{x^n}=+\infty \\ \forall n\in\N \text{ : }\displaystyle \lim_{x\to-\infty} x^n\text{e}^{x}=0\end{cases}

On a aussi : \displaystyle \lim_{x\to 0} \dfrac{\text{e}^{x}-1}{x}=1
Les fonctions usuelles : image 3

2- Logarithme Népérien

Définition
La fonction logarithme népérien, notée \ln, est la fonction réciproque de la fonction \exp, elle est définie sur ]0,+\infty[.

Cette fonction est bien définie, car \exp est continue et strictement croissante sur \R, et : \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{e}^{x}=0\text{ et }\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{e}^{x}=+\infty

\ln est strictement croissante sur \R^{*}_{+}, comme réciproque d'une fonction strictement croissante.

\ln est continue sur \R^{*}_{+} car \exp est continue sur \R.

\ln est dérivable sur \R^{*}_{+} car \exp est dérivable sur \R et sa dérivée ne s'annule pas sur \R.

\forall x>0 \text{ : }\ln'(x)=\dfrac{1}{\exp'(\ln(x))}=\dfrac{1}{\exp(\ln(x))} . D'où : \boxed{\forall x>0 \text{ : }\ln'(x)=\dfrac{1}{x}} .

On a : \forall x,y\in\R^{*}_{+} \text{ : } \ln(xy)=\ln(x)+ \ln(y) \text{ et } \ln\left(\dfrac{1}{y}\right)=-\ln(x)
Si r\in\Q , on a en particulier : \forall x\in\R^{*}_{+}\text{ : }\ln(x^r)=r\ln(x)

Quelques limites usuelles :

En utilisant la limite de \exp, on a \displaystyle \lim_{x\to 0^{+}} \ln(x)=-\infty\text{ et }\lim_{x\to+\infty} \ln(x)=+\infty
L'axe des ordonnées (x=0) est une asymptote à la courbe représentative de \ln.

De plus, on a \displaystyle \lim_{x\to +\infty} \dfrac{\ln(x)}{x}=0.
La courbe représentative de \ln admet une branche parabolique, de direction asymptotique l'axe des abscisses au voisinage de +\infty

Généralisation : \begin{cases} \forall n\in\N \text{ : }\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{\ln(x)}{x^n}=0 \\ \forall n\in\N \text{ : }\displaystyle \lim_{x\to 0^{+}} x^n\ln(x)=0\end{cases}

On a aussi : \displaystyle \lim_{x\to 0^{+}} \dfrac{\ln(1+x)}{x}=1
Les fonctions usuelles : image 18

3- Fonctions exponentielles quelconques


Définition
Soit a\in\R^{*}_{+} , Pour tout x de \R, on définit a^x=\exp(x\ln a)

Soit a>0

La fonction x\mapsto a^{x} est définie, continue et dérivable sur \R. On a a^0=1 et a^1=a

\forall x\in\R\text{ : } (a^x)'=\ln(a) a^x

\forall x\in\R\text{ : } a^x>0

La fonction x\mapsto a^{x} est strictement croissante si a>1 et strictement décroissante si 1>a.
Elle est bien évidemment constante si a=1, c'est la fonction constante 1

Quelques limites usuelles :

Si a>1  \text{ : }\enskip \displaystyle \lim_{x\to-\infty} a^x=0 \text{ et } \lim_{x\to+\infty} a^x=+\infty

Si a<1  \text{ : }\enskip \displaystyle \lim_{x\to-\infty} a^x=+\infty \text{ et } \lim_{x\to+\infty} a^x=0
Les fonctions usuelles : image 11

4- Fonctions logarithmes quelconques


Définition
Soit a\in\R^{*}_{+}\backslash\lbrace 1\rbrace , Pour tout x de \R^{*}_{+}, on définit le logarithme de base a de x par : \log_{a}(x)=\dfrac{\ln x}{\ln a}

Il s'agit donc, à un facteur multiplicatif près, de la fonction \ln .

Remarque :
Pour a\neq 1 , \log_a est l'application réciproque de x\mapsto a^x

Les fonctions usuelles : image 12

5- Fonctions puissances

Définition
Pour \alpha\in\R, on définit \begin{array}{rccl}~f_{\alpha}: & \mathbb{R}^{*}_{+} & \longrightarrow& \mathbb{R}\\  & x & \mapsto & x^{\alpha}=\text{e}^{\alpha\ln x}\end{array}

f_{\alpha} est continue et dérivable sur \R_{+}^{*} .

\forall x>0 \text{ : }f_{\alpha}(x)=\text{e}^{\alpha\ln x}>0

\forall x>0 \text{ : }f_{\alpha}'(x)=\dfrac{\alpha}{x}\text{e}^{\alpha\ln x}=\alpha x^{\alpha - 1}

\forall \alpha,\beta \in\R \text{ : }x^{\alpha+\beta}=x^{\alpha}x^{\beta} \text{ , }x^{\alpha\beta}=\left(x^{\alpha}\right)^{\beta} \text{ , }x^{-\alpha}=\dfrac{1}{x^{\alpha}}

Quelques limites usuelles :

Si \alpha>0  \text{ : }\enskip \displaystyle \lim_{x\to 0} x^{\alpha}=0 \text{ et } \lim_{x\to+\infty} x^{\alpha}=+\infty

Si \alpha<0  \text{ : }\enskip \displaystyle \lim_{x\to 0} x^{\alpha}=+\infty \text{ et } \lim_{x\to+\infty} x^{\alpha}=0
Les fonctions usuelles : image 4

6- Croissance comparée

Proposition
Soient \alpha>0 \text{ et }a,b>1 \text{ , on a :} \displaystyle \lim_{x\to+\infty}\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}=+\infty \text{ et }\displaystyle \lim_{x\to+\infty}\dfrac{\log_{b}(x)}{x^{\alpha}}=0

Preuve:

On a \ln\left(\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}\right)=x\ln a-\alpha\ln x=x\ln a\left(1-\dfrac{\alpha}{\ln a}\dfrac{\ln x}{x}\right)\underset{x\to +\infty}{\longrightarrow}  +\infty

Donc : \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{a^x}{x^{\alpha}}=\lim_{x\to+\infty} \exp\left(\ln\left(\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}\right)\right)  =+\infty

On pose t=\ln x\enskip \text{ : }\enskip \dfrac{\log_{b}(x)}{x^{\alpha}}=\dfrac{t}{\ln b}\dfrac{1}{\text{e}^{\alpha t}}=\dfrac{1}{\alpha \ln b}\dfrac{\alpha t}{\text{e}^{\alpha t}}\underset{t\to +\infty}{\longrightarrow}  0



Ce résultat signifie que le logarithme croît moins vite qu'une puissance , qui à son tour, croît moins vite qu'une exponentielle.

\boxed{\text{ en }+\infty \text{ : } \enskip \log_{b}(x)<<x^{\alpha}<<a^{x}}
Proposition
Soient \alpha<0 \text{ et }a\in]0,1[ \text{ , on a :} \displaystyle \lim_{x\to+\infty}\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}=0

Preuve:

On a \ln\left(\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}\right)=x\ln a\left(1-\dfrac{\alpha}{\ln a}\dfrac{\ln x}{x}\right)\underset{x\to +\infty}{\longrightarrow}  -\infty \enskip \text{ puisque } \ln a<0

Donc : \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{a^x}{x^{\alpha}}=\lim_{x\to+\infty} \exp\left(\ln\left(\dfrac{a^x}{x^{\alpha}}\right)\right)  =0
Proposition
Soient \alpha>0 \text{ et }b>1 \text{ , on a :} \displaystyle \lim_{x\to 0}x^{\alpha}\log_{b}(x)=0

Preuve:

On pose t=\ln x\enskip \text{ : }\enskip x^{\alpha}\log_{b}(x)=\dfrac{t}{\ln b}\text{e}^{\alpha t}=\dfrac{1}{\alpha \ln b}\text{ }\alpha t\text{ }\text{e}^{\alpha t}\underset{t\to -\infty}{\longrightarrow}  0\enskip \text{ . En effet : Lorsque }x\to 0 \text{  , }t=\ln x\to -\infty

Résultat :
\boxed{\text{ en }0 \text{ : } \enskip \log_{b}(x)<<x^{-\alpha}}

III- Fonctions hyperboliques

1- Fonctions hyperboliques directes


a- Sinus et Cosinus hyperboliques
Définition
On appelle cosinus hyperbolique et on note \text{ch}\text{ ou }\cosh la fonction de \R dans \R définie par : \text{ch}\text{ : } x\mapsto \dfrac{\text{e}^{x}+\text{e}^{-x}}{2}
On appelle sinus hyperbolique et on note \text{sh}\text{ ou }\sinh la fonction de \R dans \R définie par : \text{sh}\text{ : } x\mapsto \dfrac{\text{e}^{x}-\text{e}^{-x}}{2}

\text{sh} \text{ et }\text{ch} sont continues et dérivables sur \R .

\forall x\in\R \text{ : } -x\in\R \text{ et }\text{ch}(-x)=\text{ch}(x) , donc \text{ch} est une fonction paire.
\forall x\in\R \text{ : } -x\in\R \text{ et }\text{sh}(-x)=-\text{sh}(x) , donc \text{sh} est une fonction impaire.
Il suffit donc d'étudier les deux fonctions sur \R^{+} .

On a, pour tout x\in\R :
\text{ch}'(x)=\dfrac{\text{e}^{x}-\text{e}^{-x}}{2}=\text{sh}(x)
\text{sh}'(x)=\dfrac{\text{e}^{x}+\text{e}^{-x}}{2}=\text{ch}(x)

\forall x\in\R^{+} \text{ : } x\geq -x \text{ , donc } \text{e}^{x}\geq \text{e}^{-x} \text{ , il s'ensuit que } \text{ch}'(x)=\text{sh}(x)\geq 0
\text{ch est croissante sur } \R^{+}

\forall x\in\R^{+} \text{ : } \text{e}^{x}>0 \text{ et } \text{e}^{-x}>0 \text{ , donc } \text{sh}'(x)=\text{ch}(x)>0
\text{sh est strictement croissante sur } \R^{+}

Tableaux de variation :

\begin{tabvar}{|C|CCCC|}\hline  x& 0  && &+\infty\\\hline \text{ch}'(x)&&&+&\\\hline\text{ch} & \niveau{1}{3}1& &\croit & +\infty \\\hline\end{tabvar}\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip \begin{tabvar}{|C|CCCC|}\hline  x& 0  && &+\infty\\\hline \text{sh}'(x)&&&+&\\\hline\text{sh} & \niveau{1}{3}0& &\croit & +\infty \\\hline\end{tabvar}

Formules :
\forall x\in\R \text{ : } \text{ch}x+\text{sh}x=\text{e}^x \enskip , \enskip \text{ch}x-\text{sh}\text{e}^{-x} \enskip , \enskip \text{ch}^2x-\text{sh}^2 x=1
\forall x\in\R^{+} \text{ : } \text{sh}x\leq\dfrac{1}{2}\text{e}^{x}\leq \text{ch} x

Quelques limites usuelles :

\displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{ch} x=+\infty \text{ et } \lim_{x\to+\infty} \text{ch} x=+\infty

\displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{sh} x=-\infty \text{ et } \lim_{x\to+\infty} \text{sh} x=+\infty

\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{\text{ch}x}{x} =\lim_{x\to+\infty}\dfrac{1}{2}\left( \dfrac{\text{e}^{x}}{x}+\dfrac{\text{e}^{-x}}{x}\right)=+\infty
La courbe représentative de \text{ch} admet une branche parabolique, de direction asymptotique l'axe des ordonnées en +\infty, et par symétrie en -\infty.

\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \dfrac{\text{sh}x}{x} =\lim_{x\to+\infty}\dfrac{1}{2}\left( \dfrac{\text{e}^{x}}{x}-\dfrac{\text{e}^{-x}}{x}\right)=+\infty
La courbe représentative de \text{sh} admet une branche parabolique, de direction asymptotique l'axe des ordonnées en +\infty, et par symétrie en -\infty.

Les fonctions usuelles : image 10

b- Tangente hyperbolique
Définition
On appelle tangente hyperbolique et on note \text{th}\text{ ou }\tanh la fonction définie sur \R par : \text{th}\text{ : } x\mapsto \dfrac{\text{sh}x}{\text{ch} x}

\forall x\in\R \text{ : }\text{th} x=\dfrac{\text{sh}x}{\text{ch} x}=\dfrac{\text{e}^{x}-\text{e}^{-x}}{\text{e}^{x}+\text{e}^{-x}}=\dfrac{\text{e}^{2x}-1}{\text{e}^{2x}+1}=\dfrac{1-\text{e}^{-2x}}{1+\text{e}^{-2x}} .

\text{th} est continue et dérivable sur \R comme quotient de fonctions dérivables .

\forall x\in\R \text{ : } -x\in\R \text{ et }\text{th}(-x)=\dfrac{\text{sh}(-x)}{\text{ch}(-x)}=-\dfrac{\text{sh}x}{\text{ch}x}=-\text{th}x , donc \text{th} est une fonction impaire, il suffit d'étudier dans \R^{+} et de compléter par la symétrie de centre O .

\forall x\in\R\text{ : }\text{th}^{'} x =\dfrac{\text{sh}'x\text{ }\text{ch}x-\text{sh}x\text{ }\text{ch}'x}{\text{ch}^2 x}=\dfrac{\text{ch}^2 x-\text{sh}^2 x}{\text{ch}^2 x}=\dfrac{1}{\text{ch}^2 x}>0

\text{th est donc strictement croissante sur } \R^{+}

Tableau de variation :

\begin{tabvar}{|C|CCCC|}\hline  x& 0  && &+\infty\\\hline \text{th}'(x)&&&+&\\\hline\text{th} & \niveau{1}{3}0& &\croit & 1 \\\hline\end{tabvar}

Quelques limites usuelles :

\displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{th} x=\lim_{x\to+\infty}\dfrac{1-\text{e}^{-2x}}{1+\text{e}^{-2x}}=1\text{  et  } \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{th} x=\lim_{x\to-\infty}\dfrac{\text{e}^{2x}-1}{\text{e}^{2x}+1}=-1

La courbe représentative admet la droite d'équation y=1 comme asymptote en +\infty.
Et par symétrie, elle admet la droite d'équation y=-1 comme asymptote en -\infty.
Les fonctions usuelles : image 17

2- Fonctions hyperboliques réciproques


a-Argument cosinus hyperbolique
Définition
La restriction de \text{ch} à \R^{+} étant continue et strictement croissante, avec \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{ch}x=+\infty \text{ et }\text{ch}0=1, admet une application réciproque définie sur [1,+\infty[ à valeurs dans \R^{+}, appelée argument cosinus hyperbolique et notée \text{ Argch } ou \text{ Argcosh}. Elle est strictement croissante sur [1,+\infty[.

\text{Argch} est continue sur [1,+\infty[ puisque \text{ ch } est continue sur \R^{+}.

\text{ch } est dérivable sur \R et \text{ch}'( 0) =0 \text{ et }\text{ch}(0) =1, donc la fonction \text{ Argch } n'est pas dérivable en 1, elle est dérivable sur ]1,+\infty[ seulement.
\forall x>1 \text{ : } \text{ Argch}'(x)=\dfrac{1}{\text{ch}'\left(\text{Argch } x\right)}=\dfrac{1}{\text{sh}\left(\text{Argch } x\right)}

Or, \text{ch}^2\left(\text{Argch } x\right)-\text{sh}^2\left(\text{Argch } x\right)=1

D'où : x^2-1=\text{sh}^2\left(\text{Argch } x\right)

Et comme \text{Argch } x\geq 0 \text{ , alors }\text{sh}\left(\text{Argch } x\right)\geq 0 \text{ , donc } \text{sh}\left(\text{Argch } x\right)=\sqrt{x^2-1}

D'où : \boxed{\text{Argch}'(x)=\dfrac{1}{\sqrt{x^2-1}}\enskip,\enskip \forall x\in]1,+\infty[}

Le signe de la dérivée confirme le sens de variation .

De plus : \text{Argch } (1)=0 \enskip\text{ et }\enskip \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{Argch } x=+\infty
Les fonctions usuelles : image 8

b-Argument sinus hyperbolique
Définition
La fonction \text{sh} étant continue et strictement croissante sur \R , avec \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{sh}x=+\infty \text{ et }\lim_{x\to+\infty} \text{sh}x=+\infty, admet une application réciproque définie sur \R à valeurs dans \R, appelée argument sinus hyperbolique et notée \text{ Argsh } ou \text{ Argsinh}. Elle est strictement croissante sur \R.

\text{Argsh} est continue sur \R puisque \text{ sh } est continue sur \R.

\text{sh } est dérivable sur \R et \text{sh}'=\text{ch} ne s'annule pas dans \R, donc la fonction \text{ Argsh } est dérivable sur \R .

\forall x\in\R \text{ : } \text{ Argsh}'(x)=\dfrac{1}{\text{sh}'\left(\text{Argsh } x\right)}=\dfrac{1}{\text{ch}\left(\text{Argsh } x\right)}

Or, \text{ch}^2\left(\text{Argsh } x\right)-\text{sh}^2\left(\text{Argsh } x\right)=1

D'où : x^2+1=\text{ch}^2\left(\text{Argsh } x\right)

Et comme \text{ch }\geq 0 \text{ , alors } \text{ch}\left(\text{Argsh } x\right)=\sqrt{x^2+1}

D'où : \boxed{\text{Argsh}'(x)=\dfrac{1}{\sqrt{x^2+1}}\enskip,\enskip \forall x\in\R}

Le signe de la dérivée confirme le sens de variation .

Comme \text{ sh} est impaire, donc \text{Argsh } est une fonction impaire, on fait l'étude sur \R^{+} et on complète par la symétrie de centre O .

De plus : \text{Argsh } (0)=0 \enskip\text{ et }\enskip \displaystyle \lim_{x\to+\infty} \text{Argsh } x=+\infty

Et par symétrie : \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{Argsh } x=-\infty
Les fonctions usuelles : image 7

c-Argument tangente hyperbolique
Définition
La fonction \text{th} étant continue et strictement croissante sur \R , avec \displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{th}x=-1 \text{ et }\lim_{x\to+\infty} \text{th}x=1, admet une application réciproque définie sur ]-1,1[ à valeurs dans \R, appelée argument tangente hyperbolique et notée \text{ Argth } ou \text{ Argtanh}. Elle est strictement croissante sur ]-1,1[.

\text{Argth} est continue sur ]-1,1[ puisque \text{ th } est continue sur \R.

\text{th } est dérivable sur \R et \forall x\in\R\text{ : }\text{th}'(x)=\dfrac{1}{\text{ch}^2(x)}\neq 0 , donc la fonction \text{ Argth } est dérivable sur ]-1,1[ .

Comme \text{ th} est impaire, donc \text{Argth } est impaire, on fait l'étude sur [0,1[ et on complète par la symétrie de centre O .

\forall x\in[0,1[ \text{ : } \text{ Argth}'(x)=\dfrac{1}{\text{th}'\left(\text{Argth } x\right)}=\dfrac{1}{1-\text{th}^2\left(\text{Argth } x\right)}

D'où : \boxed{\text{Argth}'(x)=\dfrac{1}{1-x^2}\enskip,\enskip \forall x\in [0,1[}

Le signe de la dérivée confirme le sens de variation .

De plus : \text{Argth } (0)=0 \enskip\text{ et }\enskip \displaystyle \lim_{x\to 1} \text{Argth } x=+\infty

Et par symétrie : \displaystyle \lim_{x\to-1} \text{Argth } x=-\infty
Les fonctions usuelles : image 5

d-Expressions des fonctions hyperboliques réciproques à l'aide d'un logarithme
Proposition
1) \forall x\in[1,+\infty[\enskip : \enskip \text{Argch} x=\ln(x+\sqrt{x^2-1})

2) \forall x\in\R\enskip : \enskip \text{Argsh} x=\ln(x+\sqrt{x^2+1})

3) \forall x\in]-1,1[\enskip : \enskip \text{Argth} x=\dfrac{1}{2}\ln\left(\dfrac{1+x}{1-x}\right)

Preuve :

1) Soient x\geq 1 \text{ et }y\geq 0. On a les équivalences suivantes :

\begin{array}{cl} y=\text{Argch }x  &\iff \text{ch } y=x  \\\\&\iff \dfrac{\text{e}^{y}+\text{e}^{-y}}{2}=x \\\\&\iff \text{e}^{y}-2x+\text{e}^{-y}=0 \\\\&\iff \text{e}^{2y}-2x\text{e}^{y}+1=0 \enskip (*) \end{array}

On pose X=\text{e}^{y} , donc : (*)\iff X^2-2xX+1=0 \text{ avec } X\geq 1

On obtient deux racines : X_1=x+\sqrt{x^2-1} \text{ et }X_2=x-\sqrt{x^2-1} \enskip\enskip\enskip (\text{ si } x=1 \text{ : } X_1=X_2=1 )

Comme X_1\geq X_2>0 \text{ et } X_1X_2=1 , on déduit que X_1 est la seule racine dans [1,+\infty[ .

D'où : y=\text{Argch }x  &\iff \text{e }^{y}=x+\sqrt{x^2-1}\iff y=\ln(x+\sqrt{x^2-1})


2) Soient x,y\in\R. On a les équivalences suivantes :

\begin{array}{cl} y=\text{Argsh }x  &\iff \text{sh } y=x  \\\\&\iff \dfrac{\text{e}^{y}-\text{e}^{-y}}{2}=x \\\\&\iff \text{e}^{y}-2x-\text{e}^{-y}=0 \\\\&\iff \text{e}^{2y}-2x\text{e}^{y}-1=0 \enskip (*) \end{array}

On pose X=\text{e}^{y} , donc : (*)\iff X^2-2xX-1=0 \text{ avec } X>0

On obtient deux racines : X_1=x-\sqrt{x^2+1} \text{ et }X_2=x+\sqrt{x^2+1}

Comme X_2 est la seule racine dans \R^{*}_{+} .

D'où : y=\text{Argsh }x  &\iff \text{e }^{y}=x+\sqrt{x^2+1}\iff y=\ln(x+\sqrt{x^2+1})


3) Soient x\in]-1,1[ \text{ et }y\in\R. On a les équivalences suivantes :

\begin{array}{cl} y=\text{Argth }x  &\iff \text{th } y=x  \\\\&\iff \dfrac{\text{e}^{2y}-1}{\text{e}^{2y}+1}=x \\\\&\iff \text{e}^{2y}=\dfrac{1+x}{1-x} \\\\&\iff y=\dfrac{1}{2}\ln\left(\dfrac{1+x}{1-x}\right)\end{array}

IV- Fonctions circulaires

1- Fonctions circulaires directes


a- Cosinus et sinus

\cos et \sin sont définies, continues et dérivables sur \R, à valeurs dans [-1,1] , et : \cos'=-\sin \enskip \text{ et }\enskip \sin'=\cos

\cos \text{ et }\sin\text{ sont }2\pi-\text{périodiques } \enskip \text{ , } \forall x\in\R\text{ : }\enskip \cos(x+2\pi)=\cos x \enskip , \enskip \sin(x+2\pi)=\sin x

Il suffit donc d'étudier ces fonctions sur un intervalle de longueur 2\pi, comme [-\pi,\pi] par exemple.

\cos est une fonction paire, et \sin est une fonction impaire , en effet : \forall x\in\R \text{ : }\cos(-x)=\cos(x) \text{ et }\sin(-x)=-\sin(x)

On peut encore réduire l'intervalle d'étude à [0,\pi]

On a \forall x\in[0,\pi] \text{ : }\cos'(x)=-\sin(x) \leq 0 \text{ , } \cos est décroissante sur [0,\pi]

De plus, \forall x\in[0,\pi] \text{ : }\sin'(x)=\cos(x) \text{ , donc } \sin'x\geq 0\enskip \text{ si } x\in\left[0,\dfrac{\pi}{2}\right]\enskip \text{ , et }\sin'x\leq 0\enskip \text{ si } x\in\left[\dfrac{\pi}{2},\pi\right]

\sin est donc croissante sur \left[0,\dfrac{\pi}{2}\right] et décroissante sur \left[\dfrac{\pi}{2},\pi\right]

Tableaux de variation :

\begin{array}{|c|ccccc|}\hline  x & 0 & & \pi/2 & & \pi \\ \hline \cos'(x) & & & - &  & \\ \hline \hspace{1pt} & 1 & &  & &  \\  & & \searrow& & &  \\ \cos & & & 0 & &   \\ \hspace{1pt} & & & & \searrow & \\ \hspace{1pt}  & & & & & -1 &\hline \end{array}\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\enskip\begin{array}{|c|ccccc|}\hline  x & 0 & & \pi/2 & & \pi \\ \hline \sin'(x) & &+ & \barre{0} &  -& \\ \hline \hspace{1pt} &  & & 1 & &  \\  & & \nearrow& & \searrow &  \\ \sin & 0& &  & & 0  \\ \hspace{1pt} & & & &  & \\ \hspace{1pt}  & & & & &  &\hline \end{array}

Les fonctions usuelles : image 16


b- Tangente

\forall x\in\R \text{ : }\tan x=\dfrac{\sin x}{\cos x} \text{ avec }\cos x\neq 0 , donc x\neq \dfrac{\pi}{2}+k\pi \text{ , }k\in\Z

Le domaine de définition de \tan est donc : \mathscr{D}_{\tan } = \displaystyle\bigcup_{k\in\Z} \left]-\dfrac{\pi}{2}+k\pi ,  \dfrac{\pi}{2}+k\pi\right[

\tan est continue et dérivable sur \mathscr{D}_{\tan } .

\tan\text{ est }\pi-\text{périodique }\text{ sur }\mathscr{D}_{\tan } \text{ , en effet : } \forall x\in\mathscr{D}_{\tan }\text{ , }\tan(x+\pi)=\dfrac{\sin(x+\pi)}{\cos(x+\pi)}=\dfrac{-\sin x}{-\cos x }=\tan x

On peut donc restreindre le domaine d'étude à \left]-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right[ .

La fonction \tan est impaire, comme quotient d'une fonction paire et une fonction impaire, on peut donc restreindre d'avantage le domaine d'étude à \left[0,\dfrac{\pi}{2}\right[

\forall x\in \left[0,\dfrac{\pi}{2}\right[ \text{ : }\tan'(x)=\left(\dfrac{\sin x}{\cos x}\right)^{'}=\dfrac{\sin'x\cos x-\sin x\cos'x}{\cos^2 x}=\dfrac{\cos^2 x+\sin^2 x}{\cos^2 x}=\dfrac{1}{\cos^2 x}

\tan est donc strictement croissante sur \left[0,\dfrac{\pi}{2}\right[

\begin{tabvar}{|C|CCCCCC|}\hline  x& 0  && &&&\pi/2\\\hline \text{tan}'(x)&&&&+&&\dbarre\\\hline\niveau{2}{3}\text{tan} & \niveau{2}{3}0& &&\croit  &\niveau{3}{3}+\infty&\dbarre \\\hline\end{tabvar}

Limites :

\displaystyle \lim_{x\to\frac{\pi}{2}^{-}} \tan x=\lim_{x\to\frac{\pi}{2}^{-}} \dfrac{\sin x}{\cos x}=+\infty\enskip \enskip\enskip , \enskip \enskip\enskip \lim_{x\to-\frac{\pi}{2}^{+}} \tan x=\lim_{x\to\frac{\pi}{2}^{+}} \dfrac{\sin x}{\cos x}=-\infty
Les fonctions usuelles : image 13

2- Fonctions circulaires réciproques


a- Arc sinus
Définition
La restriction de la fonction \sin à \left[-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right] est continue et strictement croissante avec \sin\left(-\dfrac{\pi}{2}\right)=-1 et \sin\left(\dfrac{\pi}{2}\right)=1 .
Elle admet donc une fonction réciproque définie sur [-1,1], à valeurs dans \left[-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right], appelée arc sinus, notée \text{ Arcsin}, cette réciproque est strictement croissante sur [-1,1]

\text{Exemples :}\enskip\enskip\sin\left(\text{Arcsin } \dfrac{1}{3}\right)=\dfrac{1}{3} \enskip\enskip ,\enskip \enskip \text{Arcsin }\left(\sin \dfrac{\pi}{8}\right)=\dfrac{\pi}{8}\enskip \enskip,\enskip \enskip \text{Arcsin }\left(\sin \dfrac{3\pi}{4}\right)=\text{Arcsin }\left(\sin \dfrac{\pi}{4}\right)=\dfrac{\pi}{4}

Puisque \sin est continue sur \left[-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right], \text{ Arcsin } est continue sur [-1,1] .

\sin est dérivable sur \left[-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right], sa dérivée \cos s'annule en -\dfrac{\pi}{2}\text{ et en }\dfrac{\pi}{2} avec \sin\left(-\dfrac{\pi}{2}\right)=-1 et \sin\left(\dfrac{\pi}{2}\right)=1.

Donc \text{ Arcsin } est dérivable sur ]-1,1[ .

\forall x\in]-1,1[ \text{ : }\text{ Arcsin}'(x)=\dfrac{1}{\cos(\text{Arcsin}(x))}

Or, \cos^2(\text{Arcsin}(x))+\sin^2(\text{Arcsin}(x))=1 , donc \cos^2(\text{Arcsin}(x))=1-x^2

Et comme \text{Arcsin}(x) \in \left[-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right] \text{ alors } \cos(\text{Arcsin}(x))\geq 0

D'où : \cos(\text{Arcsin}(x))=\sqrt{1-x^2} .

On conclut que : \boxed{\forall x\in]-1,1[\text{ : } \text{ Arcsin}'(x)=\dfrac{1}{\sqrt{1-x^2}}}

De plus, \text{Arcsin} est une fonction impaire comme réciproque d'une fonction impaire, l'intervalle d'étude peut être réduit à [0,1]

\text{Arcsin}(0)=0\text{ et }\text{Arcsin}(1)=\dfrac{\pi}{2}
Les fonctions usuelles : image 14

b- Arc cosinus
Définition
La restriction de la fonction \cos à \left[0,\pi\right] est continue et strictement décroissante avec \cos(0)=1 et \cos(\pi)=-1 .
Elle admet donc une fonction réciproque définie sur [-1,1], à valeurs dans \left[0,\pi\right], appelée arc cosinus, notée \text{ Arccos}, cette réciproque est strictement décroissante sur [-1,1]

\text{Exemples :}\enskip\enskip\cos\left(\text{Arccos } \dfrac{2}{3}\right)=\dfrac{2}{3} \enskip\enskip ,\enskip \enskip \text{Arccos }\left(\cos \dfrac{\pi}{5}\right)=\dfrac{\pi}{5}\enskip \enskip,\enskip \enskip \text{Arccos }\left(\cos \dfrac{4\pi}{3}\right)=\text{Arccos }\left(\cos \dfrac{2\pi}{3}\right)=\dfrac{2\pi}{3}

Puisque \cos est continue sur [0,\pi], \text{ Arccos } est continue sur [-1,1] .

\cos est dérivable sur [0,\pi], sa dérivée -\sin s'annule en 0\text{ et en }\pi avec \cos\left(0\right)=1 et \cos\left(\pi)=-1.

Donc \text{ Arccos } est dérivable sur ]-1,1[ .

\forall x\in]-1,1[ \text{ : }\text{ Arccos}'(x)=\dfrac{1}{\cos'(\text{Arccos}(x))}=-\dfrac{1}{\sin(\text{Arccos}(x))}

Or, \cos^2(\text{Arccos}(x))+\sin^2(\text{Arccos}(x))=1 , donc \sin^2(\text{Arccos}(x))=1-x^2

Et comme \text{Arccos}(x) \in \left[0,\pi\right] \text{ alors } \sin(\text{Arccos}(x))\geq 0

D'où : \sin(\text{Arccos}(x))=\sqrt{1-x^2} .

On conclut que : \boxed{\forall x\in]-1,1[\text{ : } \text{ Arccos}'(x)=-\dfrac{1}{\sqrt{1-x^2}}}

\text{Arccos}(-1)=\pi\text{ , }\text{Arccos}(0)=\dfrac{\pi}{2}\text{ et }\text{Arccos}(1)=0
Les fonctions usuelles : image 6

c- Arc tangente
Définition
La restriction de la fonction \tan à \left]-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right[ est continue et strictement croissante avec \displaystyle \lim_{x\to\frac{\pi}{2}^{-}} \tan x=+\infty \text{ et }\displaystyle \lim_{x\to-\frac{\pi}{2}^{+}} \tan x=-\infty.
Elle admet donc une fonction réciproque définie sur \R, à valeurs dans \left]-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right[, appelée arc tangente, notée \text{ Arctan}, cette réciproque est strictement croissante sur \R

\text{Exemples :}\enskip\enskip\tan\left(\text{Arctan } 5\right)=5 \enskip\enskip ,\enskip \enskip \text{Arctan }\left(\tan \dfrac{\pi}{7}\right)=\dfrac{\pi}{7}\enskip \enskip,\enskip \enskip \text{Arctan }\left(\tan \dfrac{8\pi}{7}\right)=\text{Arctan }\left(\tan \dfrac{\pi}{7}\right)=\dfrac{\pi}{7}

Puisque \tan est continue sur \left]-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right[, \text{ Arctan } est continue sur \R .

\tan est dérivable sur \left]-\dfrac{\pi}{2},\dfrac{\pi}{2}\right[, sa dérivée 1+\tan^2 ne s'annule pas , donc \text{ Arctan } est dérivable sur \R .

\forall x\in\R \text{ : }\text{ Arctan}'(x)=\dfrac{1}{\tan'(\text{Arctan}(x))}=\dfrac{1}{1+\tan^2(\text{Arctan } x)}

Donc : \boxed{\forall x\in \R \text{ : }\text{ Actan}'(x)=\dfrac{1}{1+x^2}}

De plus, la fonction \text{ Arctan } est impaire comme réciproque d'une fonction impaire.

\displaystyle \lim_{x\to-\infty} \text{Arctan } x=-\dfrac{\pi}{2} \enskip ,\enskip  \text{Arctan } (0)=0 \text{ et } \lim_{x\to+\infty} \text{Arctan } x=\dfrac{\pi}{2}.
Les fonctions usuelles : image 9
Publié le
ceci n'est qu'un extrait
Pour visualiser la totalité des cours vous devez vous inscrire / connecter (GRATUIT)
Inscription Gratuite se connecter
Merci à
Panter Correcteur
pour avoir contribué à l'élaboration de cette fiche


Vous devez être membre accéder à ce service...

Pas encore inscrit ?

1 compte par personne, multi-compte interdit !

Ou identifiez-vous :


Rester sur la page

Inscription gratuite

Fiches en rapport

parmi 1580 fiches de maths

Désolé, votre version d'Internet Explorer est plus que périmée ! Merci de le mettre à jour ou de télécharger Firefox ou Google Chrome pour utiliser le site. Votre ordinateur vous remerciera !